Les Tai Lue

L’ethnie des Tai Lue appartient à la famille linguistique des Tai qui inclut les Lao et les Tai Dam. Ils viennent du Sipsong Panna qui est aujourd’hui la province méridionale du Yunnan en Chine. Au Laos, ils résident dans le nord du pays depuis les provinces de Sayabouly et Luang Prabang jusqu’à Phongsaly.

Les Tai Lu ont adopté le Bouddhisme Théravada au 14ème siècle. Leurs temples, en bois, sont construits sur un promontoire dans les villages et sont souvent décorés de miroirs et de peintures. Au cours de leur vie, la plupart des Tai Lu deviennent moines pendant un certain temps.

Les femmes Tai Lue sont réputées pour la beauté de leurs cotonnades et de leurs soieries et pour leur compétence dans l’emploi des teintures naturelles. Pour les tissages en coton elles utilisent notamment la technique de la tapisserie en entrecroisant les fils tendu sur un métier à tisser à l’aide de leurs doigts pour créer un motif sur un textile. Les motifs les plus courants sont les châtaignes d’eau, les nagas et les oiseaux.

Les Tai Lue sont également réputés pour leur architecture traditionnelle. Dans les anciennes communautés Tai Lue les maisons en bois comporteront des motifs décoratifs sculptés et des fenêtres avec balustrades. Malheureusement la plupart d’entre elles sont maintenant remplacées par des constructions en béton.

Les petites filles apprennent très jeunes à filer le coton, à bobiner la soie et à tisser. Une tisserande expérimentée fera une bonne épouse et une bonne mère grâce à son adresse et à sa patience. Les femmes tissent souvent des oriflammes de prière comme offrandes dans les temples, acquérant ainsi des mérites pour leur famille tout en exhibant leur habileté de tisserandes.