Les Tai Lao (Lao Loum)

Environ 55% de la population appartient au groupe Lao. C’est numériquement le groupe le plus important du pays auquel il a donné tout à la fois son nom et sa langue officielle.

Les Lao vivent principalement dans les plaines et le long des rivières, et y cultivent le riz. Ils se nourrissent beaucoup de riz gluant (Khao niaow), qui constitue une des productions propres au Laos.

Les Lao pratiquent le Bouddhisme Theravada qu’ils mélangent avec des pratiques animistes et une forte croyance aux esprits. Une de leurs cérémonies les plus connues et pratiquée est le « Baci ». Elle est dirigée par un ancien du village afin de bénir une personne ou plusieurs personnes et à l’occasion d’événements importants. Cette cérémonie est aussi appelée « soukhwa », ce qui signifie « appel des esprits ». Cela fait référence au fait que d’après les Lao nous sommes tous constitués de 32 esprits ou forces vitales, qui doivent s’unir pour une vie saine et harmonieuse.

Les Lao sont connus pour leur tissage de la soie et du coton, dont le résultat peut être admiré sur les marchés ou les vêtements traditionnels. Les femmes portent une jupe droite appelée « sin » et une petite veste décorée d’une écharpe passée sur l’épaule. Les hommes eux portent un sarong et une veste. Néanmoins, les vêtements occidentaux deviennent de plus en plus la norme au quotidien, notamment pour les hommes.

Chaque village lao possède un temple, qui sert à la fois de lieu d’hébergement et de réunion, et de centre éducatif et religieux. En principe, tout homme de plus de 12 ans doit se faire moine pour un temps.

Les maisons lao traditionnelles sont construites sur pilotis à 2,5 ou 3 mètres au dessus du sol avec une grande terrasse pour se reposer et recevoir les visiteurs. Les familles installent en général un métier à tisser sous la maison, à moins d’utiliser cet espace pour élever des animaux ou entreposer des outils agricoles.