Les Katu

Les Katu vivent dans les montagnes de l’Annam, au sud du Laos et au centre du Vietnam (région centrale de la Cordillère Annamitique). Ils représentent une population d’environ 300 000 personnes réparties de façon de façon sensiblement égale entre les deux pays.

En raison de leur habitat éloigné et inaccessible, les Katu ont conservé un grand nombre de leurs traditions culturelles. Ils croient aux esprits de la nature et à l’existence d’un puissant esprit créateur (féminin) habitant le ciel.

Katu women weave textiles on a backstrap loom – an ancient technique for creating cloth. Cloth is often decorated with beads, and will be sewn into simple skirts and tunics.

Les communautés Katu se déploient autour d’une maison communale (rong), qui symbolise l’unité et l’identité du village et assure la garde de son esprit. Plus petites, les tombes Katu (ping) abritent les ossements de tous les membres d’une même lignée. Situés à la limite des villages, les cimetières Katu qui regroupent les tombes sont les villages des morts où vivent les esprits des ancêtres. Le village des vivants et le village des morts sont le reflet l’un de l’autre et se complètent mutuellement : les vivants ont besoin de la protection des ancêtres et les esprits des ancêtres dépendent de leurs descendants vivants pour prendre soin d’eux et recevoir des offrandes sous forme de nourritures rituelles.

En dépit de leur richesse, les pratiques et rituels culturels des Katu sont peu connus et comme ces derniers sont astreints à une agriculture de subsistance traditionnelle, ils passent généralement pour être très pauvres, voire primitifs. Le fait que la plupart d’entre eux vivent dans la province de Xekong, province la plus récente et la plus pauvre du Laos, contribue à cette réputation injuste.