Les Lanten

Les Yao Mien ont leurs racines en Chine. Ils ont émigré depuis la province du Hunan vers le nord du Vietnam, la Thaïlande et le nord du Laos dès les 15 et 16émes siècles. Leur diaspora outremer est importante, surtout aux Etats-Unis. On les appelle aussi les Lu Mien, les Mien ou les Yao.

Ils croient que leurs origines remontent à P’an Hu, le chien aux cinq couleurs d’un empereur qui tua le rival de son maitre. L’empereur récompensa P’an Hu en lui donnant sa fille en mariage, et leurs enfants, six garçons et six filles, devinrent les ancêtres du peuple Yao.

Les Mien pratiquent le taoïsme, une philosophie et une religion qu’ils ont adoptées en Chine et emportées avec eux lors de leur migration vers le sud. Traditionnellement, tous les hommes doivent être ordonnés prêtres taoïstes pour être admis parmi les ancêtres de la famille et être reconnus par les esprits. Ils doivent apprendre l’écriture chinoise, les principes de base du taoïsme et se plier à une imposante cérémonie qui dure trois jours et trois nuits.

Les femmes Yao Mien sont des brodeuses averties qui dès l’enfance passent des heures à apprendre les trois différentes techniques de broderie et à créer des combinaisons de motifs colorés et complexes. Les Mien disent que l’on peut juger des capacités d’épouse et de mère d’une femme d’après sa broderie – une brodeuse adroite et patiente sera une femme travailleuse et dévouée. Les femmes Mien portent des pantalons ornés de nombreuses broderies avec une veste noire et un boa rouge à l’encolure.

lanten-01   lanten-02